Quand tu es journaliste de presse écrite tu travailles dans la solitude.

Tu prends la route avec quelques feuilles de papier, un Bic, une bonne dose de flair et l’espoir que tout ira bien.

Pour moi, tout s’est bien passé.

J’écris depuis plus de vingt ans pour le quotidien Le Monde et l’hebdomadaire Le Point à Paris. J’écris aussi régulièrement pour l’hebdomadaire d’Lëtzebuerger Land au Luxembourg et Entreprise romande à Genève. Et aussi pour d’autres journaux et revues de différents pays qui me sollicitent occasionnellement.

 En 2000 j’ai travaillé en plus pour la radio publique suisse RTS. En radio tu n’as que la voix. A travers la voix tu communiques l’information mais aussi des ambiances, des lieux, des couleurs, des sentiments. C’est comme peindre un tableau avec des sons. En même temps une partie de toi est capté par les autres. J’aime le caractère discret et éphémère de la radio.

 En 2000 j’ai aussi collaboré avec des télévisions. J’ai réalisé trois films pour les télévisions françaises Envoyé spécial et Arte. En 2007, lorsque la chaîne de télévision France 24 a été créée, on m’a confié la correspondance sur la Roumanie et la Moldavie. Je suis devenu à la fois producteur et réalisateur, ce qui est une position privilégiée qui permet de contrôler l’ensemble du procès de fabrication d’un film. En 2009 j’ai aussi commencé à travailler pour Arte info et la Télévision Suisse Romande. J’ai beaucoup voyagé, j’ai produit de nombreux films et gagné beaucoup d’argent. Mais le plus important a été la passion pour l’image et le plaisir de raconter une bonne histoire.

 Bref, je travaille avec les mots, la voix et les images. C’est-à-dire trois façons différentes de faire la même chose : raconter une histoire. Or raconter une histoire peut changer le monde.

PageLines-p250_0003_monde.png
PageLines-p250_0005_f24.png
PageLines-p250_0002_point.png
PageLines-p250_0000_rts.png
PageLines-p250_0006_Layer-1.png